Se lancer dans le canicross

Le canicross, déjà, c’est quoi ?

Le canicross est une discipline qui se fait avec son chien (canin) et qui implique de courir (cross). Le principe est d’être rattaché à son chien par une laisse de traction, au niveau des hanches. Le chien avance devant et nous tire : on court plus vite ! Et croyez-moi, les chiens adoooooorent. Enfin une discipline où ils sont autorisés à tirer comme des petits fous !

Je vais ici vous donner quelques conseils pour débuter, de manière confortable pour votre chien et vous.

L’âge du chien : à quel âge peut-il commencer à courir ?

Les conseils peuvent être différents selon les vétérinaires, mais il est souvent déconseillé de courir avec un chien avant ses 9 mois. Trop jeune, le chiot a la corps qui se développe, et faire un trop gros effort pourrait lui causer des problèmes de santé.

Pour ma part, j’ai démarré doucement, en faisant attention au comportement de ma chienne : est-ce qu’elle semble bien respirer pendant la course ? Est-ce qu’elle marche normalement après ? Est-ce qu’elle est motivée à partir ?

J’ai commencé (certains diront que c’était trop jeune) avec Oslo à partir de 7 mois sur des petites distances : 1km pour débuter. Puis nous courions entre 3 et 4 km à 8 mois. A 10 mois, nous courions 6 km maximum. Depuis son premier anniversaire, j’ai commencé à courir 7 à 8 km avec elle. Et depuis ces deux ans, elle peut suivre trèèèèès facilement 10km. Mon maximum avec elle est de 16km en course à pied aujourd’hui. Mais je compte bientôt en faire plus !

La santé du chien : que faire pour que ce soit confortable pour lui ?

Le chien, il est comme vous. Plus vous courez avec lui, et plus il sera endurant. Je cours entre 30 et 45 km par semaine, avec Oslo toujours. Je peux vous dire qu’elle est sacrément endurante ! Mais je précise que j’y suis allée par étape depuis ses 7 mois.

Si vous courez souvent avec votre chien, pensez à vérifier ces quelques points :

  • Il se dépense plus, il a donc besoin de plus de nourriture : pensez à suivre son poids, et à augmenter la dose de croquettes si besoin. Oslo est entre 350 et 400 g de croquettes par jour pour ses petits 26kg. Sans ça, elle serait affamée !
  • Ses coussinets sont mis à rude épreuve : alors le côté cool, c’est qu’un chien qui court souvent, vous n’aurez jamais besoin de lui couper les griffes. En revanche, faites attention à ses coussinets. Pensez à les ausculter de temps en temps, et n’hésitez pas à mettre des chaussons et de la bétadine en cas de blessure. Il existe aussi des produits pour renforcer les coussinets (l’huile de coco, le Solipat ou ce baume que j’utilise par exemple).
  • Attention aux températures : en cas de fortes chaleurs, bien sûr, évitez de courir avec votre chien. Il aura du mal à réguler sa température. Une longue course sous de fortes chaleurs peut être fatale pour un chien.
  • Son harnais doit-être bien adapté : le principe du harnais de traction est assez simple. Premièrement, il doit laisser libre mouvement aux pattes avant (surtout pas de harnais sur les épaules), et avoir un point d’appui principal sur le sternum. Le harnais ne doit surtout pas appuyer sur la cage thoracique, ou votre chien risque de manquer d’air. Surtout pas de harnais anti-traction, prenez bien un harnais spécifié pour le cani-cross ou cani-vtt.

La santé de l’humain aussi, ça compte !

Je ne connais pas le niveau d’excitation de votre chien, mais vous pouvez être parfois tiré très, très fort. Choisissez un produit qui soit confortable pour vous. A savoir :

  • Un baudrier de canicross. J’utilise pour ma part soit le Inlandsis, soit le I-dog Canyon, qui me conviennent parfaitement. Il existe des ceintures de canicross, mais le maintien est moins confortable que celui d’un baudrier. Cependant, si vous démarrez tout juste et avec un petit budget, cette ceinture Trixie fera très bien l’affaire pour commencer. Mais elle est fragile : attention à sa solidité sur la durée ou avec de gros chiens (à partir de 15-20 kg).

(Oslo a déjà cassé deux ceintures de canicross, dont une Trixie. Cependant, les ceintures ont été utilisées à de très nombreuses reprises avant de céder au niveau de l’attache. Elles ont cédé lorsque Oslo a tiré très brusquement après une reprise de course, par exemple en repartant d’un passage piéton où nous attendions de pouvoir traverser).

  • Une laisse élastique de canicross. Elle permet d’amortir les à-coups. Vraiment, cela change tout ! Je précise que la laisse de cani-vtt est différente : elle est plus longue que celle du canicross. Vérifiez bien les descriptifs en cas d’achat !
Toute contente avec mon baudrier et ma laisse Inlandsis !

Si vous débutez, je vous conseille de prendre ce kit et vous aurez tout ce qu’il vous faut pour bien démarrer !

Très bonne course à tous ! Et n’hésitez pas à me poser des questions en commentaire 😉

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s